• DIRE POUR LE MONDE QUE "AFRIQUE FRANCOPHONE RIME AVEC PAUVRETE" ALORS QUE LA MISERE DE CETTE DERNIERE EST EN GRANDE PARTIE LE FAIT D'UNE FRANCE ARROGANTE, PARASITE ET NEGROPHOBE, A EN JUGER

    Tout le sang du Niger, pourvu que l'uranium ne profite qu'à la France !

    Par Pierre Prêche in Afrikara, 11 août 2007

    Il se passe en Afrique comme qui dirait des choses étonnantes. Voilà un pays, le Niger qui expulse le directeur local de la firme française Areva, N°1 mondial du nucléaire civil, pour soutien à une rébellion armée touareg répondant au cigle de MNJ. Une expulsion qui suit celle d'un ancien colonel français, Gilles de Namur chargé de la sécurité d'Areva-Niger. Il faut dire que les dirigeants de cette ancienne colonie française sont particulièrement doucereux à l'endroit de sieur le Blanc, accusé de fomenter une révolte militaire, de déstabiliser les institutions, de menacer la vie des milliers d'Africains contre le risque d'une expulsion nourrie blanchie, de surcroît pendant les vacances en France de Dominique Pin le patron d'Areva-Niger, pas vraiment cher payé du coup d'Etat. 

    Une affaire peu banale dont les dimensions néocoloniales, géopolitiques, géostratégiques, écologiques, sanitaires interpellent l'Afrique entière et ses jeunes mouvements en lutte pour inventer une Autre façon de s'inscrire dans l'économie mondiale. 

    En fait la France dépend à 30% pour son électricité de l'Uranium du Niger et s'y fournit par le biais de deux sociétés contrôlées par Areva -la France-, la Somaïr et la Cominak. Depuis 2003, plusieurs facteurs concourent à la hausse des prix de l'uranium dont la valeur a été multipliée par dix en trois ans. Le pétrole onéreux et les anticipations sur l'après hydrocarbures poussent les puissances mondiales à chercher des énergies de substitution. L'uranium fait bien l'affaire mais l'exploitation doit être relancée car les stocks militaires anciens ont été recyclés -Russie- et les nouveaux gros joueurs comme la Chine ont autant besoin de carburant pour leur croissance loin d'être à son sommet, que les prédateurs occidentaux rêvent de lui priver l'accès aux ressources stratégiques. 

    Conséquence, montée fulgurante de la demande et des prix de la matière première, et pression à l'ouverture du marché nigérien monopolisé depuis 40 ans par ... la France bienveillante. Simplement l‘amère patrie manie le langage du libéralisme à géométrie variable et n'entend pas que pour les Africains un accroissement de la demande signifie le B A BA de l'économie scolaire, une augmentation des prix, après tant de discours sur la raison libérale. Au Niger on a pris les calculatrices, quand l'Etat reçoit 27 300 FCFA pour une livre d'uranium, elle coûte sur le marché mondial 122 000 FCFA encaissés par Areva. 

    Le Niger doit donc se contenter de la fierté d'être un des cinq plus grands producteurs d'uranium au monde, tout en cumulant famine en 2005, éviscération des actifs nationaux par les politiques de casse sociales du FMI-Banque mondiale, pression fiscale sur les plus paupérisés conduisant à des manifestations de rues et mouvements de grèves inédits en 2005. Régulièrement classé dernier pays à l'Indice de développement humain, avec une population de 13 millions d'habitants de 16 ans d'âge moyen, le Niger "endetté" et spectateur de sa prédation néocoloniale devrait dire amen à la messe Areva. 

    Vieille histoire qui démarre lors des pseudo indépendances africaines. Le Niger est du wagon et se trouve ligoté avec ce que les autorités françafricaines nomment un "accord de défense" signé le 24 avril 1961 entre le Niger, la Côte d'Ivoire, le Dahomey (actuel Benin) et la France. Ce document précise dans ses annexes que la France a "priorité" sur les matières premières stratégiques des signataires africains -l'uranium est classé en seconde catégorie de matière dite stratégique avec le lithium par exemple. Les Etats africains consultent la France pour leurs approvisionnements et exportations de ces matières qui souvent se trouvent dans les faits entre les mains des entreprises françaises. D'ailleurs au Niger, Areva détient les cartes géologiques du pays que la société ne veut pas communiquer à l'Etat, pour limiter les capacités d'exploitation par la concurrence, plus de 85 entreprises de Chine, d'Australie, d'Allemagne, du Japon, du Canada ... 

    A l'instar de l'exploitation de l'uranium par la française Cogema au Gabon entre 1960 et 1999, les conditions écologiques et sanitaires de ce pillage et de ces enlèvements sauvages font craindre le pire. Les ONGs françaises ont été empêchées en 2003 de réellement mesurer les taux de radioactivité contaminant l'environnement. Les hôpitaux locaux, sur les sites d'exploitation appartiennent à Areva et sont sous-équipés pour avoir la moindre efficacité. Mais des résidus et déchets radioactifs à ciel ouvert qui s'accumulent, livrés à l'érosion éolienne justifient les plaintes des ONGs locales qui constatent une augmentation des maladies inconnues dans les environs de sites miniers, cancers, hypertensions, grossesses avortées, troubles divers de la santé, sans compter la contamination de la nappe phréatique. Une addition sans financement ni expertise externe sérieuse sur la gestion des déchets que les Africains paieront très chers à terme. Des évolutions similaires sont à craindre en RDC, en Afrique du Sud, pays qui détiennent aussi de l'uranium. 

    Le Niger tente donc de desserrer l'étau néocolonial français en faisant jouer la concurrence, en tentant de rompre le monopole français sur les nouveaux gisements. Ce à quoi le pays des droits de l'homme qui selon les hautes autorités hexagonales, n'a pas besoin économiquement de l'Afrique, répond par la seule réponse qui a jamais été la sienne en Côte d'Ivoire lorsque l'équipe Gbagbo a voulu multilatéraliser ses partenariats internationaux et mettre les rentiers coloniaux en compétition. Il a récolté une rébellion sous prétexte d'ivoirité. Peu ou proue c'est la même criminalisation économique qui permet de maintenir les rentes pétrolières en Afrique centrale, avec le rôle désormais emblématique de ELF dans la corruption internationale des régimes africains et français. 

    Le premier président du Niger Hamani Diori s'était hasardé à demander une augmentation modeste de la part de son pays dans le gâteau de l'uranium, "yellow cake", c'est un coup d'état qui l'avait destitué en 1975. Le gouvernement suivant qui avait voulu poursuivre les négociations sur les bases de l'ancien président a été fortement dissuadé puisque celui qui menait les discussions, numéro deux du régime s'est trouvé accusé de tentative de coup d'état, terminant jugé puis exécuté ! En toute droit-de-l'hommitude. 

    Areva est dans cette affaire nigérienne la caricature du néocolonialisme à la française, sa vison criminelle, archaïque et colonostalgique du monde conçoit un Niger possédant un sous-sol débordant de matières premières vendues exclusivement à la France, parallèlement à la paupérisation des Nigériens. Hors cette option trop équitable, les Françafricains n'éprouvent aucune gêne à déstabiliser un gouvernement qui défend un minimum ses intérêts collectifs, le statu quo des famines, de l'effondrement du pouvoir d'achat, leur conviendrait du moment que leur monopole est maintenu, au prix du sang africain si besoin était. C'est très exactement cette conception des rapports avec l'Afrique qui doit rapidement, impérativement disparaître. La dénonciation des "accords" de défense et toutes chaînes plus ou moins consenties par les Africains il y a des décennies devraient être un signal fort dans ce sens, et le soutien des populations à cette réappropriation et décolonisation des matières stratégiques africaines est un incontestable atout pour les classes dirigeantes du continent. 

    Pierre Prêche in Afrikara, 11 août 2007


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :